Collectif JOB



Connexion

Recommander Imprimer

Les projections

 

---Tous les soirs sur le festival, une projection-débat en lien avec les rapports sociaux de dominations est proposée en parallèle des conférences, spectacles et concerts---

 


Lundi 18 mai - 20h45 

 

Terriens

de Shaun Monson

 

 

 

En utilisant des caméras cachées et des images inédites, Earthlings est  une condamnation de la conduite humaine face au monde animal. Y sont présentées de grandes et petites industries contemporaines, dont les profits dépendent — d'une manière ou d'une autre — de l'exploitation animale.

 

95' - 2005


 

Mardi 19 mai - 20h45

 

Ne vivons plus comme des esclaves

de Yannis Youlountas

 

 

 

"Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » (prononcer « Na mi zisoumé san douli » en grec).

Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés.

Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée. » Yannis Youlountas écrivain franco-grec, chroniqueur à Siné Mensuel, réalise ici son premier long métrage.

 

France-Grèce / 89’ / VF-VOST / 2013 Scénario, réalisation, images, montages : Yannis Youlountas Traduction : Lisa, Yannis et Lucas Youlountas Coordination, diffusion : Maud Youlountas

 


 

Mercredi 20 mai - 20h45

 

Un racisme à peine voilé

De Jérôme Host

 


 

Octobre 2003 : Alma et Lila Levy sont exclues du lycée Henri Wallon d'Aubervilliers pour le seul motif qu'elles portent un foulard. S'en est suivi un débat politique et médiatique assourdissant, des jeunes filles refusant d'enlever leur foulard sont exclues des établissements scolaires.

En février 2004, une loi finit par être votée par l'assemblée nationale à la demande de Chirac. Le film revient sur cette polémique et s'interroge sur la façon dont ces exclusions ont été vécues, sur le sens réel des positions des uns et des autres.

Jérôme Host donne la parole à celles et ceux que l'on n'a pas voulu entendre alors : professeurs, militantes associatives, féministes, chercheuses, regroupées autour du « collectif une école pour toutes et tous » qui n'acceptent pas une loi qu'elles et ils jugent raciste et sexiste…

77', 2004

 


 

Jeudi 21 mai - 20h45

 

Et nos corps dans tout ça ?

Par Cirque de femmes en tout genre et Faire-Face

 

 

 

ET NOS CORPS DANS TOUT CA ? et si nous les (re)placions au centre de nos questionnements sur les rapports de dominations hommes-femmes ? A partir de supports vidéo et sonore rendant compte des expériences d'ateliers d'auto-défense et de cirque, les associations Faire Face et Cirque de femmes en tout genre vous proposent un temps d'échanges et de réflexions autour de propositions en mouvement pour agir contre les violences sexistes et déconstruire les stéréotypes de genre.

 

 


 

Vendredi 22 mai - 18h15

 

Contre les murs

De Neus Viala avec le Cercle des Voisins

 

 

ENTENDRE ET MONTRER Pourquoi enfermer des personnes qui n'ont commis aucun délit ? Pourquoi le traitement des  dossiers administratifs relatifs aux étrangers est-il si dépendant du bon-vouloir du préfet ? Comment fonctionne la justice des étrangers ? Ce documentaire montre ce qui est invisible, ce dont on ne nous parle pas à  la télévision.

COMPRENDRE ET RÉFLECHIR POUR DÉNONCER . Ce film qui circule depuis 2013 est une introduction pour réfléchir. Il permet à chacun d'entre nous de comprendre  la nature et les méfaits de la politique migratoire actuelle. Il est plus que nécessaire d'aller plus loin en la dénonçant publiquement.

Accompagné par « Le cercle des voisins ». C’est une association de citoyens qui dénoncent publiquement l'existence du centre de rétention administrative et la politique d'enfermement des étrangers. Avec d'autres partenaires engagés sur cette même cause, nous nous exprimerons publiquement tant que nous ne pourrons pas sereinement être fiers d'appartenir à un pays, qui a fait des droits de l'homme l'une de ses principales fondations démocratiques.


52', 2013

 

 

 


 

Vendredi 22 mai - 20h45

 

Alberomio, mon arbre

De Taina Tervonen et Charlotte Planche

 

 

 

Brune, Pablo et Pierrot ont entre 24 et 34 ans et ont été élevés par deux mamans. A l’automne 2012, ils se retrouvent soudain affublés de l’étiquette « enfant d’homos » qu’ils n’avaient jusqu’alors jamais revendiquée. Ils découvrent avec étonnement être l’objet de fantasmes et de peurs, mais aussi porte-parole potentiels en mesure de rassurer sur la normalité de la progéniture des couples de même sexe.

Pour apporter leur graine au débat, avec l’aide de Taina Tervonen (réalisatrice) et Charlotte Planche (graphiste), ils ont construit Alberomio – mon arbre, un webdocumentaire, objet vidéo interactif alliant films d’animation et films documentaires, à la fois récit d’une histoire familiale singulière et interrogation sur l’altérité. Brune, Pablo et Pierrot sont ainsi allés interroger des proches, des intellectuels – comme Pierre Tévanian ou Christine Delphy – et des politiques – dont Najat Vallaud-Belkacem ou Christine Boutin – sur les notions d’orientation sexuelle, de genre, de famille, des origines, de discrimination.

À travers ces rencontres et le récit de leur propre vie, ils déconstruisent la notion d’identité, l’abordant comme une multiplicité de liens possibles, plutôt qu’une appartenance unique. Alberomio, c’est leur arbre. Un arbre généalogique… mais aussi un arbre à palabres.

 


 

Samedi 23 mai - 20h45

 

Boza

De Walid Fellah

 

 

« Boza » c'est ce que crient les migrants lorsqu'ils réussissent à entrer dans les enclaves espagnoles Ceuta ou Melilla. Boza signifie Victoire en Bambara, une des langues du Mali.

« Boza » c'est aussi le titre d'un des films sur la situation de Migrants originaires d'Afrique subsaharienne au Maroc de Walid Fellah, un cinéaste Tunisien. Le film montre la réalité des migrants et de l'impact brutal du régime des frontières financé et orchestré par l'Europe au Maghreb. Il suit ensuite ces mêmes personnes parvenues en Europe dans leur mobilisation politique au sein de la Marche pour la liberté, action conjointe de désobéissance civile menée par des migrants de toute l'Europe, et leur confrontation aux institutions européennes de Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles.

 


 

Pour retourner voir "La programmation jour par jour", c'est ici.

Pour retourner au "programme détaillé", c'est là.

Agenda

Lien vers l'agenda complet

Newsletter